French Sakura

2ème voyage au Japon !

France : 19H54 - Japon : 2H54

Il faut profiter !

Dimanche, nous avions programmé une journée « visite de parc et jardin ». Sur le chemin de notre première destination nous avons entendu beaucoup de bruit, comme si une fête avait lieu, avec un speaker qui annonçait des choses. Nous avons décidé de faire un détour pour voir ce que c’était. Au fur et à mesure de notre avancée nous commencions à comprendre : un match de base-ball était sur le point de commencer. Nous ne savions pas du tout de quelles équipes il s’agissait ni même de leur niveau. L’ambiance autour du stade nous incitant à y aller, nous avons pris deux tickets (1800¥ unité, soit environ 15€). Après avoir pris place dans le stade (le Meiji Jingu Stadium, capacité de 37.000 places) nous avons commencé à chercher de quel match il était question ainsi que les règles du base-ball car elles étaient un peu floues pour moi. Il s’agissait en fait des Yakult Swallows de Tokyo, champions en titre de la ligue professionnelle de base-ball qui recevaient l’équipe des Orix Buffaloes d’Osaka-Kobe !

IMG_20160605_131637

IMG_20160605_131627

Nous avons compris un peu plus tard que nous étions dans la tribune des visiteurs, mais on pouvait à tout moment rejoindre les supporters locaux. En effet, aucune séparation physique entre les deux tribunes, cela change des stades de football en France où il serait inconcevable de faire de la sorte et ça en dit long sur la différence de mentalité entre les deux nationalités de supporters…

Au niveau ambiance, c’était royal ! Les supporters s’évertuaient à encourager leurs joueurs (plutôt que de siffler l’arbitre, l’équipe adverse ou ses supporters…). Le match était aussi sympathique avec plusieurs home-run dont un où la balle à été rattrapée à dix mètres de nous. L’équipe locale a mis du temps à se mettre dans le match et n’a pu refaire son retard en fin de partie, score final 9-14. Le match aura duré tout de même 3h40 ! Nous avons passé un super moment et il fait partie à coup sûr de notre top 3 des souvenirs au Japon. Même sans être fan de base-ball et en ignorant les subtilités du règlement on peut y passer un super moment. Nous avons même suivi les chants des supporters visiteurs durant le match !

Un coup de soleil plus tard et après un cookie avalé, nous sommes allés au parc de Yoyogi dont l’entrée est gratuite. Ce parc est en temps normal très fréquenté mais nous sommes rentrés peu avant sa fermeture et il y avait logiquement moins de monde. C’était aussi le cas pour le temple qui s’y trouve au beau milieu d’une forêt verdoyante.  L’entrée du temple est elle aussi gratuite et nous avons pu apprécier une exposition de bonsaï ainsi qu’un couple de mariés en tenue traditionnelle.

IMG_20160605_172617 IMG_20160605_173207

IMG_20160605_173428

IMG_20160605_173600 IMG_20160605_173926

IMG_20160605_174037

IMG_20160605_180455

Nous avons terminé notre journée par une visite dans le Hakuhinkan Toy Park, un magasin de jouets très célèbre de Tokyo sur lequel nous étions tombés par hasard lors de notre premier séjour. Comme nous l’avions adoré, nous avons fait travailler notre mémoire afin de le retrouver. C’est un endroit vraiment sympathique, inutile de vous dire qu’il suffit d’avoir gardé son âme d’enfant pour passer un bon moment :). Il y a d’ailleurs de nombreux adultes sans enfants qui s’y rendent.

IMG_20160605_195030


Lundi, nous avons déjeuné avec Hideo, notre ami Japonais. Il nous a emmené dans un resto dans lequel nous ne serions jamais rentré car il est dans une petite ruelle et il faut le connaître pour le trouver. Nous avons pris des sashimis, il s’agit de fines lamelles de poisson cru, c’était un régal !

Hideo nous a ensuite fait visiter l’école où il apprend le français, nous y avons pris un café et avons croisé des gens de 30 à 50 ans. En effet, les plus jeunes qui sont inscrits dans cette école y viennent en dehors de leur scolarité et donc après les cours.

Après s’être séparés d’Hideo, Gaëlle et moi avons décidé de tenter le shooting bar, en périphérie de Tokyo. Il s’agit d’un bar où l’on peut pratiquer de l’airsoft (répliques d’armes tirant des billes en plastique). Nous n’avions jamais pratiqué d’airsoft et cela n’a rien à voir avec le paintball en terme de sensation. Les armes sont très lourdes et précises, nous avons pu utiliser deux des trois stands de tir pour essayer d’être le meilleur tireur. J’ai laissé gagner Gaëlle bien entendu :).

De retour en ville, nous avons pris le chemin du Tokyo Metropolitan Government Building.

IMG_20160606_193229

L’immeuble de 240 mètre abrite la mairie de Tokyo et offre deux panoramas gratuits dans ses deux tours, à faire de nuit absolument.

IMG_20160606_194247

IMG_20160606_194459

IMG_20160606_195134

IMG_20160606_200150

DCIM100GOPROGOPR0750.

DCIM100GOPROGOPR0758.


Mardi, changement d’hôtel pour aller dans le dernier de notre séjour. Nous avons déjeuner à l’Eorzea Café, un petit restaurant dédié à l’univers du jeu vidéo Final Fantasy (le 14 pour les connaisseurs). En plus du décor, des ordinateurs sont disponibles pour que les clients puissent jouer au jeu et les consommations ou plats sont également dans le thème.

IMG_20160607_122214 IMG_20160607_125533

IMG_20160607_130633

Nous avons ensuite flâné dans Tokyo une bonne partie de l’après-midi et avons réussi à remettre la main sur un restaurant que nous avions beaucoup apprécié le premier séjour. La mémoire de Gaëlle combinée à Google Street View a fait un miracle. En plus, ledit restaurant était à deux stations de notre nouvel hôtel, le top. Il s’agit d’un izakaya où l’on doit se déchausser pour entrer. Avoir avoir déposé nos chaussures dans des petits casiers nous avons pu apprécier les différents plats proposés, du sashimi au bœuf grillé (et relevé, aie aie) en passant par une sorte d’omurice maison.

IMG_20160607_221759

De retour à l’hôtel, minuit passé, nous cherchons les dernières infos pour notre destination du lendemain : le mont Nokogiriyama !


Mercredi, nous avons donc pris le train pour rejoindre l’endroit où nous allions passer une bonne partie de notre journée. C’est tout de même deux heures de train (4h aller/retour) donc nous avons beaucoup réfléchi avant d’y aller. La météo annoncée n’était pas non plus très encourageante mais, même si le lieu n’est pas trop touristique, il semblait pourtant valoir le déplacement.

Après 2h de transport et quelques onigiris engloutis (il s’agit de petit triangle de riz fourrés et enveloppés d’algues, les Japonais les mangent comme des sandwichs), le petit village de Futtsu apparaissait enfin.

Nous avons pris le téléphérique qui mène en haut du mont Nokogiriyama, la suite, un dédale de marches et de sentiers à travers la forêt environnante pour accéder au Kenkonzan Nihon-ji, un parcours bouddhiste à flanc de montagne. Une chose est sûre, nous avons bien fait de venir, personne à l’horizon ! Il a bien quelques Japonais que l’on a pu compter sur les doigts de nos mains mais aucun touristes étrangers.

La montée

La montée

La vue d'en haut

IMG_20160608_154159

IMG_20160608_153707

IMG_20160608_151136

IMG_20160608_162058

IMG_20160608_160136

IMG_20160608_160126

IMG_20160608_155801

IMG_20160608_155603

IMG_20160608_155107_1

IMG_20160608_154939

DCIM100GOPROGOPR0812.

La déesse Hyakushaku-Kannon gravée dans la roche
La déesse Hyakushaku-Kannon gravée dans la roche

Grand Bouddha assis de 31 mètres !

Grand Bouddha assis de 31 mètres !

DCIM100GOPROGOPR0835.

Petit panorama du lieu pour finir (cliquez dessus pour l’agrandir) :

IMG_20160608_162728

Nous avons été charmés par l’endroit et le fait que l’on ai pu en profiter seuls n’y est sûrement pas étranger. Tout semblait figé. Seuls quelques oiseaux venaient déranger ce calme ambiant, pour notre plus grand plaisir.

Le téléphérique fermant à 17h, nous avons piqué un sprint sur une pente à 20% (au moins) à en faire pâlir les coureurs du Tour de France 🙂 Nous avons pu monter dans  la cabine à 17h pétantes et c’est du train qui nous ramène à Tokyo que j’écris ces lignes.

Aucun regret donc d’avoir passé 4h dans les transports pour voir un endroit si magique qui pourrait être le décor d’un film, à mi-chemin entre le Seigneur des Anneaux et Indiana Jones.

Demain, dernière journée pleine sur Tokyo car nous partons dès vendredi matin pour l’aéroport 🙁

A plus tard !

Tokyo, jamais fatiguée

Pas beaucoup d’articles en ce moment, la faute de Tokyo qui nous prend tout notre temps et surtout toute notre énergie. Nous nous couchons tard et nous levons tôt, c’est le prix à payer pour en voir le plus possible !

Je profite d’une pause lessive obligatoire pour poster quelques photos et vidéos que nous avons prises ces derniers jours.

Mercredi, nous avons pris la direction de la Tokyo Dome City, une sorte de petite ville autour du Tokyo Dome, un stade de 55.000 places accueillant des rencontres de baseball (les japonais en sont fans) et des concerts. Autour du stade, il y a plusieurs attractions et activités. Nous avons fait la plus surprenante d’entres-elles, le Thunder Dolphin. C’est le 7ème plus haut circuit de montagnes russes du monde. Le parcours traverse une grande roue ainsi qu’un immeuble, il atteint une vitesse maximale de 130 km/h et la hauteur avant la première descente est de 80 mètres. L’entrée est de 1000¥ (8€).

tokyo-dome-3

IMG_20160601_122146

Nous avons tellement adoré que nous pensons y retourner avant notre départ. Ci-dessus une petite vidéo que l’on a prise après notre passage.

Nous avons ensuite pris la direction d’Harajuku, un quartier surtout connu pour être le sanctuaire de la jeunesse Tokyoïte (surtout les adolescentes). Il y a une rue de 400m de long, la Takeshita Dori qui regorge de boutiques et autres magasins aux couleurs roses bonbon. C’est bien évidement blindé de monde.

IMG_20160601_143723

Jeudi, nous avons passé la journée sur l’île artificielle d’Odaiba dans la baie de Tokyo. C’est une île constituée principalement de bureaux et de centres commerciaux. Elle est plutôt active la journée et très calme en soirée. Devant un des centres commerciaux, il y a un Gundan très impressionnant en taille réelle. Nous sommes allés au SEGA Joypolis, une sorte de concentration de jeux d’arcade avec des jeux qui ressemblent plus à des attractions, nous avons été plutôt déçus par la qualité des activités au regard de leurs prix. La seule chose qui nous a plus était une démonstration de réalité virtuelle gratuite offerte par Sony (avec des PS4), bluffant !

IMG_20160602_143108

IMG_20160602_160922

IMG_20160602_161013

IMG_20160602_162408

IMG_20160602_162825

Le soir venu, nous sommes allés nous détendre dans les bains chauds (onsen) situés sur l’île. Pour rentrer, nous avons pris la New Transit Yurikamome, une ligne de métro automatique sur pneus entièrement aérienne, elle est donc commandé par ordinateur et sans conducteur à bord !

Vendredi, nous avons passé la journée dans le quartier de Shinjuku, c’est l’un des quartiers les plus animés de Tokyo. Sa gare est en effet fréquentée par plus de 3,5 millions de passagers par jour, c’est la première gare du monde en nombre d’usagers !

Samedi, c’est le quartier de Shibuya que nous avons fait. C’est un quartier très animé qui regorge de boutique et où il faut passer au moins une fois pour se rendre compte du monde qui s’y trouve. Le symbole du quartier, la tour 109, est un immeuble dédié entièrement aux jeunes femmes et qui contient une centaine de boutiques consacrées aux dernières tendances en matière de mode. Entre la gare et cet immeuble se trouve probablement l’endroit le plus connu du quartier, le « croisement de Shibuya ». Il s’agit d’un gigantesque carrefour où la circulation est entièrement arrêtée pour permettre aux piétons de traverser (il y a des passages piétons dans tous les sens, même en diagonale). C’est le passage piéton le plus fréquenté au monde. Nous avons tourné une vidéo en journée et de nuit en traversant ce passage mythique :

Premiers pas à Tokyo

Depuis dimanche 14h, nous sommes à Tokyo. Nous avons été accueillis en bas de notre hôtel par les correspondants Japonais de Gaëlle avec qui nous avons passé le reste de la journée.

Depuis le début du séjour, nous cherchons un Maneki-neko en porte-clef. Grâce à nos amis Japonais, c’est maintenant chose faite. Vous connaissez sûrement ce petit chat qui est très populaire au Japon.

800px-Maneki-neko-ja

C’est à la base une statuette traditionnelle japonaise en céramique ou porcelaine. Maneki vient du verbe maneku qui signifie « inviter » et neko désigne le chat. Littéralement, il s’agit donc d’un « chat qui invite ». Il est souvent déposé à l’entrée des magasins pour attirer la fortune. La patte gauche attire les clients alors que la droite est liée à l’argent. Il en existe de plusieurs couleurs avec des significations différentes, celui d’origine étant blanc avec des tâches noires et rousses et est considéré comme un puissant porte-bonheur.

Nous avons visité le marché d’Ameya Yococho aussi appelé Ameyoko. Ameya Yococho signifie littéralement « allée des boutiques de bonbons ». C’est un marché populaire où l’on peut trouver à la fois un marchand de poisson frais et en face, à même pas 2 mètres, une boutique de vêtements à prix cassés. Le contraste est saisissant ! C’est très fréquenté (il y a pas mal de touristes) et les vendeurs s’évertuent à essayer d’attirer le chaland dans leurs boutiques.

Nous avons continué vers Akihabara, un quartier geek et électronique. Il est bourré de salles d’arcade et machines à pince, de maid-café (ces cafés où des -jeunes- serveuses servent des boissons hors de prix en étant « au service » des clients pour la plupart masculins), de boutiques dédiées aux mangas et animés japonais sur des étages entiers, de magasins d’électronique et informatique en tout genre (ainsi que de la robotique) … C’est une fourmilière géante en pleine journée. C’est plus calme en soirée la semaine, comme ici vers 22h :

IMG_20160529_214605

IMG_20160530_122821


Lundi, c’était la première fois depuis le début de notre séjour où nous avons eu de la pluie toute la journée, je ne vous ferais donc pas de résumé complet de celle-ci puisque nous avons principalement fait du shopping pour être à l’abri (et ce n’est pas forcément une contrainte pour tout le monde …)

Nous avons quand même visité un temple ainsi que Tōdai, l’université de Tokyo, fondée en 1877.

IMG_20160530_163236 IMG_20160530_163644

IMG_20160530_163934 IMG_20160530_170820_1

Nous nous sommes vengés sur le déjeuner … Du bœuf panné, une véritable tuerie, nous avons déjà prévu d’y retourner. Gaëlle l’a accompagné avec un petit vin français :).

IMG_20160530_145611


Aujourd’hui, nous sommes allés à Saitama, à 30 minutes au nord de Tokyo. Nous avons pu visiter des temples, parcs ainsi que des jardins remplis de Bonsaï. Il y a un village dédié à cette spécialité. Nous avions prévu de faire le musée du train, mais il est fermé le mardi (bien joué Mathieu ! :)).

Japonais se receuillant Petite grenouille prenant le soleil au pied du bonsaï Érable japonais
<
>
Petite grenouille prenant le soleil au pied du bonsaï

Pour finir, deux time-lapse en vidéo. Le premier est un time-lapse de la Shinsaibashi-suji à Osaka qui n’était pas autant fréquentée que la première fois où nous l’avions emprunté.

Le deuxième est une vue sur le port d’Osaka pendant l’après-midi à partir de l’immeuble World Trade Center d’Osaka (250 mètres).

Kanazawa

Samedi, nous sommes restés sur Kanazawa où nous avons pu visiter le marché d’Ichiba, le jardin Kenroku-en, le parc et le château de Kanazawa ainsi que de nombreux temples.

Nous avons marché pendant de nombreuses heures et franchi de nombreuses marches pour venir à bout des principaux points d’intérêt de la ville. Une fois que nous étions plus enfoncés dans les recoins de la ville, le nombre de touristes était moins important -voir nul pour certains temples- et nous avons ainsi pu apprécier le calme des temples et parcs.

Galerie commentée :

Château de Kanazawa  Il a été fondé en 1583 Petit jardin attenant Le jardin Kenroku-en C'est l'ancien jardin privé du château Son nom signifie "jardin des six attributs" Il est considéré comme l'un des trois plus célèbres jardins du Japon Il fait plus de 11 hectares Après le jardin, nous sommes partis à la découverte des temples aux alentours et sommes tombés sur cette statue
<
>
Après le jardin, nous sommes partis à la découverte des temples aux alentours et sommes tombés sur cette statue

Voici de jolis panoramas réalisés par Gaëlle (avec un téléphone SVP !) du jardin Kenroku-en (clic pour agrandir) :

IMG_20160528_140213

IMG_20160528_135751

Le soir, nous sommes allés dans un restaurant de sushi très populaire à Kanazawa, tellement populaire que la file d’attente d’une heure pour manger nous a fait faire demi-tour. Nous avons repéré en marchant un peu un izakaya (tapas) qui n’a pas pu nous recevoir car il affichait complet. Nous avons donc continué à errer et avons jeter notre dévolu sur un autre izakaya cette fois-ci spécialisé dans le poisson.

Le restaurant était quasiment complet, il y avait des clients aux tables ainsi qu’au bar. Nous avons pris place au bar à côté d’un jeune couple. À leurs côtés il y avait deux Japonais en costard d’une cinquantaine d’années, ils étaient un peu joyeux et rigolaient pas mal. Nous avons commandé des sashimis (petits morceaux de poissons crus), des sortes d’accras au crabe ainsi que du porc grillé.

Quand le jeune couple à côté de nous est parti, un des deux Japonais en costard (on les appelle les salary men) a profité de l’absence de son compère pour nous adresser la parole en anglais. Quand il nous a demandé d’où nous venions, il  a été très content et surpris par notre réponse en nous expliquant que son ami parlait français et que l’on allait pouvoir discuter avec lui. Nous avons donc échangé avec ces deux Japonais pendant une très grosse demi-heure, tantôt en anglais, tantôt en français.

Celui qui parle -très bien- le français nous a expliqué qu’il avait travaillé en France de 1986 à 1993. Nous avons échangé sur la culture japonaise et ce que nous aimons sur le Japon. Il nous a dit que ce qui comptait le plus pour lui était l’empereur du Japon. Que ce dernier voulait la paix dans le monde et le bonheur des gens. Sa Majesté l’Empereur (appelé Tennō, littéralement « empereur céleste ») est actuellement Akihito. C’est le chef de l’État Japonais mais il n’a cependant aucun rôle politique.

Nous lui avons posé des questions sur son mode de vie, sur le fait que nous avons l’impression que, pour les Japonais, le travail est très important. Il nous a expliqué avoir une centaine de jours de congés par an (ce qui correspond en fait à nos week-ends). Nous avons cru comprendre qu’il pouvait demander d’autres congés mais que c’était peu fréquent. Il nous a raconté comment était perçu le travail au Japon, qu’il s’agissait de se sentir utile et de rendre service à son pays et qu’en France le travail était plutôt perçu comme un fardeau.

Nous avons terminé notre discussion au sujet de la deuxième guerre mondiale et les bombardements par les américains de Tokyo le 10 mars 1945 ainsi que celui d’Hiroshima. Ces événements cruels ont marqué cette génération de Japonais car les personnes visées étaient des civils.

Il nous a enfin expliqué être triste personnellement que les médias français utilisent le terme « kamikaze » (qui est un mot japonais) pour évoquer les terroristes des attentats de Paris car pour lui ce terme évoque seulement les kamikazes Japonais et que les motivations de ces derniers étaient complètement différentes des terroristes. Nous lui avons dis que dans la langue française, par extension, ce terme décrit maintenant une personne qui se tue en tentant de tuer des personnes ou détruire des objectifs et qu’il n’y avait pas d’assimilation entre les terroristes qui ont frappé la France et les kamikazes Japonais (qui eux ciblaient les navires américains -ou ceux des alliés- pendant la seconde guerre mondiale).

Les deux hommes qui avaient fini de manger depuis plus de 20 minutes sont finalement partis en nous souhaitant un bon séjour.

Sur le chemin de retour, nous avons croisé un Japonais qui, en nous voyant, a levé sa main comme pour demander un High Five, je me suis empressé de lui taper dans la main et il nous a fait un grand sourire. Ce n’est pas la première fois qu’un Japonais a un geste de sympathie à notre égard. Il y a quelques jours, un jeune d’une vingtaine d’années est passé devant nous en vélo quand nous étions entrain d’attendre pour traverser la route. En passant à notre hauteur, il a fredonné marchons, marchons !  que j’ai de suite reconnu et auquel j’ai répondu : qu’un sang impur ! . Il a été très surpris et s’est retourné en nous lançant un immense sourire. D’une manière générale, les Japonais sont toujours bienveillants avec nous, comme ces deux Japonais à vélo qui nous avaient carrément raccompagné à notre hôtel quand nous leur avions juste demandé notre chemin.

Aujourd’hui c’était le départ pour Tokyo, j’écris ces lignes dans le Shinkansen où le calme règne bien qu’il soit bondé. Il est plus confortable qu’une première classe de la SNCF avec un espace si énorme pour les jambes qu’on peut même y loger une valise debout sans être gêné. Il y a une rangée de 3 sièges et une autre de 2. Chaque ensemble de sièges peut pivoter à 180° ce qui permet de voyager à plusieurs tout en étant face à face (jusqu’à 10 donc).

Le trajet est de 3h et il est temps de se reposer !

Shirakawa-go

Vendredi, nous avons pris le bus pour nous rendre à Shirakawa-gō (le village de la rivière blanche). C’est un petit village au sein des alpes Japonaises situé dans la vallée de Shokawa. Cet endroit est surtout connu pour ses maisons typiques dans lesquelles étaient élevés les vers à soie. Elles sont très reconnaissables avec leurs toits pentus nécessaires pour supporter les fortes chutes de neige.

Le village est enclavé au sein d’une vallée et entouré de rizières.

panorama

Galerie commentée (vous pouvez faire défilé les photos en bas à droite) :

Dès l'arrivée, vue sur la passerelle qui permet de rejoindre le village Traversée Maison typique du village Des carpes qui nagent dans un des canaux permettant d'alimenter une rizière Avis aux amateurs, quel est ce poisson ? Le sanctuaire d'Ogimachi Un érable japonais magnifique Le village vu d'en haut Panorama
<
>
Des carpes qui nagent dans un des canaux permettant d'alimenter une rizière

Durant la journée, nous avons réussi à trouver des coins plus calmes car c’est un lieu très touristique où il est difficile de réussir une photo sans touriste ou une vidéo sans pollution sonore. Sur cette vidéo, on peut entendre les cigales Japonaises (nom latin : Tanna japonensis).

Ici, il est minuit passé et nous sommes déjà le 29 mai alors : Bonne Fête à nos mamans <3 (et aussi à toutes les mamans !)

Nous partons dès demain pour Tokyo. La journée d’aujourd’hui fera l’objet d’un article dès demain !

A+